Guides Voyageurs

Choisissez votre guide

Après des années d'insécurité dues à la guérilla des Khmers rouges, le Cambodge est progressivement rentré, depuis 1998 (année de la fin des combats), dans une période de stabilité et de sécurité civile.

Phnom Penh a connu une véritable métamorphose et a quitté le cercle des capitales dangereuses. Ce qui n’empêche pas d’être vigilant : le vol à l’arraché (surtout des gars à moto) est en expansion. Alors tenez bien vos sacs quand vous marchez dans la rue, circulez à bord d’un tuk-tuk ou d’un moto dop. La nuit, il vaut mieux prendre un tuk-tuk qu’un moto-dop. Comme il y a moins de circulation, ces derniers ont tendance à rouler nettement plus vite ou carrément en état d’ivresse, quand ce n’est pas les deux...

Siem Reap, la région des temples d'Angkor et les grandes villes sont des destinations sûres. Jusqu'aux provinces reculées de Kratie et du Ratanakiri et, surtout, de Païlin (l'ancien fief des Khmers rouges) qui s'ouvrent au tourisme.

On peut donc se balader de façon autonome presque partout. Cela n'empêche pas de se méfier, comme dans n'importe quel autre pays, des pickpockets dans les marchés et les bus, ainsi que des quartiers excentrés un peu trop sombres la nuit. On donne la même consigne qu'en maints autres pays : en cas d'agression armée, ne tentez pas de résister.

Concernant l'argent, ne jamais en emporter beaucoup en balade . Enfin, lorsque vous partez vous promener, laissez votre passeport dans un lieu sûr et ne conservez sur vous qu'une photocopie.

Source "guide routard"